Température et si j’interrogeais mes certitudes !

Sachez donner du goût à vos choix. Un bon vin, au bon degré: c’est entre 9°et 12°pour les blancs et  15° à 17°pour les rouges, soit 10 degrés d’écarts pour mettre en scène, en toute convivialité, l’ensemble de nos vins. Contre toute attente,certaines vieilles techniques “antiques et démodées” perdurent entre “jadis et naguère” engendrant beaucoup d’erreurs et de plaisirs confisqués. Le froid n’abîme pas, pas du tout, pas du tout…Il n’altère pas le vin, il ralentit simplement son évolution. Trop de froid peut emprisonner les arômes qui seront restitués ensuite(le chaud, quant à lui, masque et dénature la personnalité du vin). Chaque degré de température en trop sur un vin correspond à chaque minute de cuisson en trop sur une viande ou sur un poisson…vous imaginez !…C’est la banalisation du goût, des saveurs et du vignoble… ! !

  • 0°C : Rien ne passe… ! si ce n’est le passant
  • 1°C : Nous sommes agnosiques : incapables de déceler les odeurs
  • 2°C : Nous sommes agueusiques : incapables de déceler le goût
  • 3°C : Oui, je sais : « il faut parfois s’abaisser pour rebondir… ! »
  • 4°C : Très basse température : le vin est muet et “ rétrécit »
  • 5°C : Les papilles gustatives, tout comme les boissons sont anesthésiées
  • 6°C : Les arômes sont neutralisés, mais pas perdus, « en sommeil »
  • 7°C : Début de dialogue chez certains vins, (d’autres hésitent et se livrent compendieusement)
  • 8°C : Le vin recèle une « fraîcheur nerveuse »

« Les sens sont des instruments… …dont il faut apprendre à se servir » VOLTAIRE

La température du vin9°- 10° – 11° – 12°C IDEAL pour le VIN BLANC. C’est la température conseillée pour les vins blancs secs et aromatiques. Le vin rouge, quant à lui, paraît astringent.

« Et buvez frais si faire ce peu… » RABELAIS

  • 12°C : Le « plaisir mérité » des grands crus blancs. Les arômes des grands crus rouges sont  « en réserve d’attente »
  • 13°C : Un peu de « patienterie » dans la recherche de la satisfaction gourmande
  • 14°C : C’est le début du « vagabondage plaisir ». Les vins tout comme les mets sont bavards, sachons être à l’écoute

« La flamme de l’esprit s’allume au fond des flacons »  HOMERE

La température du vin15°- 16° – 17°C – 12° IDEAL pour les VINS ROUGES

« Oui, c’est là qu’il faut respirer, rêver et allonger les heures par l’infini des sensations… » HOMERE

  • 15°C : Bienvenue aux émotions, vous êtes en parfaite position pour le festival « des goûts et des saveurs »,
  • 16°C : C’est la « dimension plaisir”, c’est le « fin du vin », les vins sont authentiques, le dialogue est complet… Félicitations !
  • 17°C : L’équilibre est atteint, les arômes sont exaltés, la connivence bien installée, la complicité est réelle et savoureuse…Quel succès !
  • 18°C : Le vin est joyeux, coulant, souple, corsé et se prolonge aimablement ( le même vin blanc paraît plus acide que servi à 10° )
  • 19°C :  Le bouquet domine, le vin devient moins précis et semble vouloir rejoindre le « vin de masse »
  • 20°C :  Attention, le plaisir est en danger, le vin perd de sa fierté, les défauts apparaissent
  • 21°C :  Le vin se rebelle, seul l’alcool ressort et devient prédominant. C’est le début du « choc tannique » et l’entrée en scène des « réducteurs de plaisir »
  • 22°C :  Le même vin rouge paraît brûlant, mince   c’est le signe que la fièvre est installée, nous sommes dans la « presque tisane » !
  • 23°C :  Le vin est martyrisé.   C’est la « galère gustative » de tout amateur. D’un “vin d’esprit », vous l’avez transformé en « rustre grossier »
  • 24°C :  C’est la température à laquelle « le grillon » de nos campagnes se réveille et chante…Mais pour le vin, c’est trop tard…Vous êtes disqualifié ! …pour cause de vulgarité et indigne du bonheur partagé… !
  • 25°C :  Vous ne méritez pas, on ne peut plus rien pour vous, sinon vous conseiller un retour d’urgence à la « case départ » ou alors de rejoindre, pour ne plus les quitter « le club des fossoyeurs de plaisir » !… mais sans nous !

Soyez attentifs et vigilants et rappelez vous :  « Fuyez les extrêmes ».

« Le goût peut se gâter chez une nation, ce malheur arrive d’ordinaire après des siècles de perfection… » VOLTAIRE

Le bonheur, tout comme la qualité, n’existe que s’il est voulu… Larges soifs, saines dégustations et santé sans modération ! … Jean-Pierre LECLUZE

« Vivons, buvons, rions et…. moquons nous du reste ! »  Honoré de BALZAC

FacebookTwitterGoogle+
Publié dans conseils